Bonne année 2020 !

Bonjour à toutes et à tous,

2019 aura été agitée comme le fut l’année dernière, sur le plan social, et force est de constater que cela ne sera guère différent pour la nouvelle année même sans faire preuve de pessimisme…

Il est vrai que sur de nombreux plans les nouvelles ne sont guère encourageantes : en France, la situation se dégrade sur de nouveaux fronts, les contestations n’ont jamais été aussi nombreuses, les revendications aussi justifiées.

La rigidité des gouvernements n’aide guère à avancer, de même que les puissants lobbies qui œuvrent dans l’ombre.

Dans le monde, la situation n’est guère plus réjouissante, les dictatures reprennent du poil de la bête, certains pays augmentent leur emprise sur la population sous couvert d’instaurer un peu plus de « civisme », et les catastrophes naturelles se multiplient comme des petits pains, mais promis jurée, ce n’est pas un dérèglement de la météo si l’on en croit certains puissants…

Bref, il faut avoir la foi solidement chevillée au corps pour voir le verre à moitié plein…

Pourtant, a bien y réfléchir, nous avons de la chance !

Eh oui, nous vivons dans un pays tempéré, donc les sécheresses annuelles comme au Sahel, les pluies diluviennes comme dans les zones tropicales, les cyclones et ouragans comme aux tropiques, les températures polaires comme au Canada ou en Sibérie ne sont pas (encore) notre lot commun.

De  même, le chaos, la dictature de fait et la guerre ne sont pas notre cauchemar quotidien comme en Syrie, en Afghanistan, etc.

La famine ne touche pas le quart ou la moitié de la population et le PNB de notre pays ne frise pas celui d’une PME…

Notre beau pays souffre certes, mais il reste de nombreux sites exceptionnels où nous rendre, des plages, des forêts, des montagnes, des rivières, des villes, des monuments qui nous sont accessibles afin de nous permettre d’oublier un temps nos misères personnelles.

La pollution prend chaque jour un peu plus de place dans nos vies, mais nous ne vivons pas non plus à Bombay ou à Shanghai.

Alors oui, socialement, et économiquement, il faudra dorénavant se résoudre à défendre constamment les acquis, mais au moins pouvons-nous nous exprimer, ce droit fondamental, les populations de nombreux pays ne l’ont jamais eu ou ne l’ont plus.

Laissez moi finir cet article par cette citation célèbre de Jean-Jacques Rousseau qui me semble fort appropriée par les temps qui courent :

« Il n’y a point de bonheur sans courage, ni de vertu sans combat« .

Bonnes fêtes de fin d’année à toutes et à tous et nos meilleurs vœux de la part de l’AMAP pour cette nouvelle année 2020 !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *